Confiance en Soi et Regard des Autres

par | Avr 17, 2018 | Confiance en soi, Dépasser ses peurs, Partage d'expériences personnelles | 1 commentaire

Depuis aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été très timide. La confiance que je me portais à moi-même était proche de zéro. Si bien, que déjà toute petite, j’avais plutôt un caractère introverti et je n’osais pas aller vers les autres car j’en avais peur, me renfermant ainsi sur moi-même. Cela a duré de nombreuses années. Mais durant une grande partie de ma scolarité, j’ai eu la hantise de me retrouver toute seule, surtout au self.  Il serait plus juste de dire que j’avais peur du fait que les autres élèves se moquent de moi car ils verraient que j’étais toute seule.

Ainsi, je ne choisissais pas mes ami(e)s, par peur d’aller vers les autres. Mais puisque je ne voulais pas rester seule, tellement cela est mal vu à l’école, je restais avec « qui voulait bien de moi » donc je me sous-estimais et me plaçais comme inférieure aux autres, inconsciemment. Sauf que je ne me respectais pas en faisant cela, mais je n’en avais pas conscience, bloquée dans mes peurs et mes blessures. La situation ne pouvait aller qu’en empirant tant que je ne faisais pas le choix de briser ce cercle vicieux dans lequel j’étais.

Première étape : La prise de Conscience

 

Au collège, j’en étais rendue à un point où je pleurais quasiment tous les soirs en rentrant chez moi et ne voulais plus aller en cours. Non pas pour les cours en eux même, bien que comme je le dis dans un précédent article j’avais conscience des lacunes de ce système éducatif, mais bien à cause des relations avec les autres élèves. Je ne supportais plus de souffrir à cause de la superficialité des relations non conscientes que j’avais avec mes camarades au collège.

Ainsi, en quatrième, je n’en pouvais tellement plus que mon père m’a emmenée voir une psychologue, pour m’aider à gérer ces situations compliquées. Et notamment, pouvoir sortir de ce cercle vicieux. Cela ne s’est pas fait en un jour, et pour dire, c’est encore en processus aujourd’hui, sept ans plus tard. Mais grâce à cela j’ai pu prendre conscience de certains de ces schémas négatifs qui se jouaient et sortir de la victimisation et de la peur. J’ai découvert la possibilité de mettre des limites dans mes interactions avec autrui, chose que je me refusais jusqu’alors par peur de blesser. J’ai aussi découvert qu’il était possible d’avoir des relations saines avec autrui tout en se respectant soi-même. Enfin, j’ai appris à dire Non, et j’ai commencé à vouloir aller au-delà de mes peurs et ainsi retrouver confiance en moi.

Comme je le disais, cela ne s’est pas fait du jour au lendemain. Avant de pouvoir retrouver confiance en moi, il fallait déjà que je sorte de son opposé : la peur. Cela a commencé par une décision. J’ai fait le choix de sortir de cette souffrance dans laquelle je me trouvais. Il peut être difficile de passer instantanément d’une émotion très basse comme la peur ou l’impuissance, à une émotion très haute comme la Joie ou l’amour de soi en un clin d’œil. Souvent il est nécessaire de passer par des stades intermédiaires, ce qui a été mon cas.

Quand on regarde sur l’échelle des émotions, on retrouve que la peur est la plus basse des émotions tandis que la colère, bien que sur la spirale descendante, est situé à un stade déjà bien plus haut que la peur. Pour ma part, j’ai dû passer par ce stade de la colère avant même de faire quoi que ce soit d’autre car je devais me rendre compte que cette situation n’était pas juste. Il fallait que je pose des limites, avant même de pouvoir commencer à me faire confiance.

Par contre, je ne parle pas de la colère incontrôlée qui détruit tout, mais bien d’une colère saine qui permet de dire Stop à une situation ou un être qui ne nous respecte pas et qui dépasse les limites. Peu importe qui nous sommes, tout être a droit au respect. A partir du moment où cela n’est pas respecté, il en revient à soi-même de mettre des limites et de dire stop. Cela ne veut pas dire qu’il faut rejeter autrui, au contraire ! Cela veut simplement dire retrouver son pouvoir, poser des limites saines avec les autres afin de se respecter soi-même.

Ainsi, à partir du moment où nous arrivons à poser des limites, il est alors possible de commencer à avoir confiance en soi. Car, en effet, comment se faire confiance quand nous avons l’illusion de ne pas avoir de valeur et d’être inférieur aux autres ? C’est très difficile, voire impossible, car la confiance en soi, cela inclus aussi le fait de reconnaitre sa propre valeur, et donc de se respecter soi-même. Donc tant que nous laissons les choses faire, tant que nous faisons le choix, conscient ou inconscient, de rester dans la peur et la victimisation et de ne pas reconnaître notre propre valeur en ne nous respectant pas nous-même, il sera très difficile d’avoir confiance en soi.

Deuxième étape : Première action dans le cheminement vers Soi

 

Ainsi, quand j’ai pris conscience que c’était à moi d’agir pour sortir de cette souffrance, j’ai commencé tout doucement à changer mon comportement avec les autres. Je me suis autorisée à dire non et à dire Stop. C’était très difficile les premières fois, car malgré ma toute nouvelle compréhension des choses, j’avais toujours ces voix dans ma tête qui m’incitaient à rester dans ma souffrance, à ne surtout pas faire ce petit pas qui allait tout changer.

Ces voix me poussaient dans mes retranchements, invoquant nombreuses de mes peurs et blessures d’âme non guéries. Elles insinuaient par exemple que si je réagissais pour dire stop au harcèlement dont j’étais la cible alors cela allait être pire. D’après ces voix j’allais souffrir encore plus car ces personnes que je considérais être des « amies » ou « copines » à l’époque allaient se détourner de moi et je me retrouverais toute seule. Ma hantise à ce moment-là.

Mais une autre voix, bien plus douce, bien plus calme et bien plus discrète me soufflait de ne pas abandonner. De garder la Foi. Que, derrière cette action, à la fois si simple et si difficile, se trouvait un joyau inestimable brillant de mille feux, celui de la Reconnexion à Soi.

J’ai choisi la deuxième option. J’ai choisi de croire en la Vie, et de faire cette première action que je redoutais tant : Dire stop au non-respect de moi-même en commençant à poser des limites dans mes relations avec les autres. Évidemment, tous mes problèmes ne se sont pas résous du jour au lendemain, mais en faisant cette première petite action, j’ai vu une nette amélioration. Contrairement à ce que ces voix négatives me hurlaient dans ma tête, je ne me suis pas retrouvée seule. Au contraire. J’ai ouvert mon champ d’horizons.  Je me suis donnée la possibilité d’aller vers de nouvelles personnes. Et c’est ce qu’il s’est passé. J’ai pu rencontrer de nouvelles personnes plus en accord avec qui j’étais à l’époque.

Troisième étape : les tests : As-tu vraiment compris la leçon ?

 

Les années suivantes, des situations similaires ont fait surface. Comment allais-je réagir ?

Première année de lycée dans un établissement inconnu, premier test. J’ai de nouveau fait les mêmes erreurs, ne restant qu’avec les personnes que je connaissais de mon ancien établissement. Ce fut donc un échec … au début. Mais cette fois ci quand la situation a empiré à un point où cela n’était plus supportable pour moi, je me suis beaucoup plus facilement éloignée des personnes avec qui je restais en me tournant vers d’autres personnes. Ceci m’a permis de terminer l’année à peu près tranquillement, avant un changement d’établissement (déménagement).

Deuxième année de lycée, nouvel établissement. Personne, ou quasiment personne, ne se connaissait dans ma classe. Je restais avec tout le monde au début, mais cela ne dura pas car un nouveau test se présentait à moi, comme les années précédentes, en beaucoup plus intense. Je me souviens, nous étions au self. Quelqu’un venait de faire une remarque dénigrante envers moi. Si c’est une fois, encore cela peut peut-être passer, mais lorsque c’est répété plusieurs fois, non, là il est temps de répondre. Non pas contre la personne en question, mais pour se protéger soi et se respecter soi.

Cette fois ci, je n’ai pas laissé la situation s’envenimer, j’ai coupé le cordon avant. Je n’allais pas me laisser marcher sur les pieds une nouvelle fois, c’en était assez. Je n’avais pas encore assez confiance en moi pour répondre sur le moment, donc je suis partie. Mais ceci n’est pas de la fuite, car si j’étais resté, j’aurais alors de nouveau perdu le peu de confiance en moi que j’avais réussi à retrouver les mois précédents. A la place, je suis partie et me suis dirigée vers d’autres personnes qui, elles, savaient me respecter telle que j’étais à ce moment-là. J’avais enfin compris la leçon. Je m’étais enfin respectée, et enfin écoutée.

Quelques soient les situations dans notre vie, nous avons toujours quelque chose à apprendre. La Vie nous amènera dans des situations nous permettant de prendre conscience de nos blessures ou peurs pour les guérir. Ces situations peuvent parfois être très difficiles pour l’individu ou les individus concernés, mais le choix nous revient. A nous, et seulement à nous. Le choix d’en vouloir à tout le monde et notamment à la vie pour ce qui nous arrive, ou celui de prendre ses responsabilités dans chaque situation.

Ayons le courage de nous remettre en question quand une situation extérieure ne nous plaît pas. C’est seulement quand j’ai compris que c’était mes propres choix et comportements qui m’avaient emmenée vers telle ou telle situation que j’ai pu choisir de changer de comportement, et donc changer les conséquences. Et donc avoir une vie meilleure, par la guérison progressive de mes blessures.

 

Sarah

 

 

Newsletter

 

Inscrivez-vous à la Newsletter ci-dessus pour ne rien manquer des nouveautés et prochains articles de Journey of an Earthseed !

Catégories

1 Commentaire

  1. Florent

    Merci Sarah <3

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.